Accueil | Connexion
Myriam - 1112542
Skip Navigation Links.
Liens \ Textes \ Chansons

Ultimate One - 1131184

L'hymne du motard


Les motards méritaient leur hymne de ralliement.
Merci à Lady Anne de cette adaptation de l'oeuvre de Rouget de Lisle.

Allons motards de la Patrie,
Le jour de gloire est arrivé !
Contre nous de la tyrannie !
Le rail de sécu sanglant est enlevé
Entendez-vous dans nos campagnes
Mugir ce féroce attentat ?
Il vient jusque sur nos routes.
Guillotiner vos fils, vos compagnes !

Aux armes motoyens,
Formez vos bataillons
Roulons, roulons
Qu'un sang motard
N'abreuve nos sillons

Que veut cette horde de ministres,
De traîtres, de policiers ?
Pour qui ces peintures sinistres
sur les routes sont destinées ?
Motards, pour nous, ah! quel outrage
Quels transports il doit exciter ?
C'est nous qu'on ose sous-estimer
De notre solidarité ne pas s'inquiéter !

Quoi ces graviers éparpillés !
Feraient la loi dans nos foyers !
Quoi ! ces flaques d'huiles mercenaires
Terrasseraient nos motards guerriers !
Grand Dieu! par des routes enchaînées
Nos casques sous le joug se ploieraient
De vils despotes deviendraient
Les maîtres des routes ensanglantées.

Tremblez, Gayssot et vous perfides
L'opprobre de tous les partis,
Tremblez ! vos projets motaricides
Vont enfin recevoir leurs prix !
Tout est motard pour vous combattre,
Si elles tombent, nos belles motos,
Le Japon en produit de nouvelle,
Contre vous tout prêts à se battre

Motard, en guerriers de la vie
Portez et retirez ces guillotines !
Épargnez ces tristes victimes,
Qui rendaient nos routes malheureuses
Mais ces despotes sanguinaires,
Mais ces complices de policier,
Tous ces ministres qui, sans pitié,
Déchirent le carénage du FZR !

Nous entrerons sur le circuit
Quand nos aînés n'y seront plus,
Nous y trouverons leur poussière
Et la trace de leurs burns
Bien moins jaloux de les pourrir
Que de partager leurs chronos,
Nous aurons le sublime orgueil
De les pourrir ou de les suivre !

Amour sacré de la Moto,
Conduis, soutiens nos bras libérateurs
Liberté, Liberté chérie
Combats avec tous tes deux roues !
Sous nos motos, que la victoire
Accoure à tes mâles accents
Que tes rails expirants
Voient ta Triumph et notre gloire !

Wednesday, June 06, 2007
9:11 PM

Auteur : Lady Anne

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

24 Commentaires
Impression : Extraordinaire


Philippe - 1241248 

Charlotte


Dans son boudoir la petite Charlotte,
Chaude du con, faute d’avoir un vit,
Se masturbait avec une carotte
Et jouissait étendue sur son lit.

Refrain :
Branle, branle, branle Charlotte,
Branle, branle, ça fait du bien.
Branle, branle, branle ma chère,
Branle, branle jusqu’à demain.

"Ah ! disait-elle, dans le siècle où nous sommes,
Il faut savoir se passer des garçons.
Moi, pour ma part, je me fous bien des hommes.
Avec ardeur, je me branle le con."

Alors sa main n’était plus paresseuse,
Allait, venait, comme un petit ressort
Et faisait jouir la petite vicieuse.
Aussi, ce jeu lui plaisait-il bien fort.

Mais ô malheur, ô fatale disgrâce,
La jouissance lui fit faire un sursaut.
Du contrecoup, la carotte se casse
Et dans le con, il en reste un morceau.

Un médecin, praticien fort habile,
Fut appelé, qui lui fit bien du mal.
Mais par malheur, la carotte indocile
Ne put jamais sortir du conduit vaginal.

Mesdemoiselles, que le sort de Charlotte
Puisse longtemps vous servir de leçon !
Ah ! croyez-moi, laissez-là la carotte.
Préférez-lui le vit d’un beau garçon.



Friday, September 30, 2005
10:36 PM

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

13 Commentaires
Impression : Extraordinaire

    

Blog mis à jour le 07/08/2020 à 06:16:30



Traitement en cours...

Créé et hébergé par Capit