frere
Santé
Contraception
Grossesse
IVG
Stérilité
M.S.T.
Sida
Bénins
Loisirs
Shopping
Sexualité
Alimentation
Astrologie
Mariage
Articles
Expériences
Conseils
Prénoms
La femme
Voyage
Accueil Poésie Rencontres Forum
Forums > Plaisir d'écrireAller à la dernière page
<< Précédent |

À mon frère

| Suivant >>
Ecrire une réponseAjouter à vos forums favoris
913080 Publié le 30/05/2009 à 01:46 Demander à la modératrice de supprimer ce forum
Il faut bien essayer de tourner la page, paraît-il.

Je hais l'expression à la mode *faire son travail de deuil*.
C'est d'une stupidité verticale !

Mébon.

Mon frangin venant de mourir dans des circonstances aussi sordides que difficiles, rongé d'alcool et de solitude, que mon insomnie me serve à quelque chose.

Je vais re-tenter le coup...


[Au passage, un re-merci à santi/mladen qui en bon affectionnaute m'a fourni des renseignements pour mon trip funéraire sur Lyon. ]

913080 Publié le 30/05/2009 à 08:02 supprimer cette contribution
De l’eau… j’occupe…
Il y a du bois, tellement sec qu’il est déjà en cendres ; faudra charger souvent…

Souvenirs du « foulard du pouvoir » qui m’explosent soudain la mémoire :
1 970, il y a donc des millions d’années ; la Mauritanie, autant dire une autre planète. Les Toucouleurs parlent le poular, un peu de soninké, et certains prétendent savoir de l’azer… les Sanhadjas ne sont peut-être pas tous morts.

Papa suffoque son occidentalisme technique sur Choum, surveillant relais comique du plus grand train du monde.
Il est parti, veuf et désespéré, découvrir et aider. Il s’est retrouvé planté, « loco », devant deux rails stupides, sans billet retour.

Il croyait partir ailleurs soigner son chagrin et vivre son aventure : il n’a trouvé que des cailloux surchauffés sous un ciel blanc d’indifférence.

Avec ses deux fils ; et puis Ruoma, récupérée au cul des chèvres.

913080 Publié le 30/05/2009 à 08:54 supprimer cette contribution
Le foulard en question n’est qu’un torchon ; Ludo est couché à plat ventre, les bras dans le dos et je l’écrase de tout mon poids, de toute ma rancune.
Je serre de toutes mes forces le garrot autour de son coude gauche.
Il a le bras gonflé, bleu, et ses doigts sont énormes ; il ne peut plus fermer le poing, mais ne veut toujours pas se rendre.

Ce petit mierdeux va encore pisser au lit, cette nuit.

« Génie des échecs », mon œil ! Petit blond hypermnésique, oui !

Moi qui avais bûché comme un malade la variante Najdorf jouée par Fischer en 60 dans la Sicilienne…

« Tu diras que j’ai gagné ? »

J’arrive enfin au bout de sa douleur.

Il se rend au moment même où Papa appelle pour la bouffe…



913080 Publié le 30/05/2009 à 18:07 supprimer cette contribution

Et en plus il faut faire semblant de s’asseoir à table : comme des gens civilisés ; commence à me saturer, mon vieux père Loeuk, avec ses airs de britannique rigide de partout…

Ruoma est là, serveuse résignée ; elle n’a pas d’yeux Ruoma, et c’est bien ce qui me chagrine . Elle baisse toujours la tête, nuque persistante, accroupie dans son coin pendant les repas pantagruesques de semoule qu’elle nous sert, affairée malgré tout.

Quelquefois j’ai vu ses yeux, malgré elle : j'en suis resté malade ; noirs de partout, pas de blanc autour je veux dire, et j’en suis resté pétrifié !

Toujours, autour de son cou, ce colifichet clinqueballant…

Fait froid, dans cette baraque, et le mur de pierres me dit du temps, tic, tac…

908884 Publié le 31/05/2009 à 10:52 supprimer cette contribution
de Kmille
595300 Publié le 31/05/2009 à 11:07 supprimer cette contribution
Citation:
[Au passage, un re-merci à santi/mladen qui en bon affectionnaute m'a fourni des renseignements pour mon trip funéraire sur Lyon. ]

Je t'en prie!

Courage et pensées à toi et ton entourage!
913080 Publié le 01/06/2009 à 07:58 supprimer cette contribution
« Alors, les garçons, ? qui a gagné ? »
« Bobo , Papa, récite vite cette bite de Ludo » Je le maudis plus pour son mensonge que pour sa soumission.
« Robert », si ça ne te dérange pas : Bob pour les familiers et Bobo rien que pour Ruoma !

« Je vous écoute ».
Et me voilà débitant stupidement les coups de Rossolimo/Fischer, cht des EU 66, R3, que j’ai soi-disant gagnée..

Ruoma…

Bon, faut que j’allume, là…
L’air est bon, ma foi, et j’ai la tripe qui sollicite, convaincante : mangeons.

……….



Jamais Ruoma n’a mangé avec nous : toujours accroupie dans son coin de cuisine, elle m’embarrassait au plus haut point.

Soleil quotidien, bien sûr, quelle communance !! Tous les jours le soleil est là… Mais le mauritanien, c’est pas le soleil de tout le monde, ni même du monde entier : il est particulier, premier et dominant.

Ruoma…
Belle comme icelui, translucide de beauté… Ses yeux emplis de noir, couverts de signifiance, ses yeux qui regardent « en arrière », dans l’esprit… et tout le corps modelé à courir après les chèvres !

Des yeux qui savent, enfin, et qui disent sans parler, qui me transpercent l’âme.

Autour de son cou, ce collier unique dont le Papa est si fier : composé de cinq pierres bleues, si peu sahéliennes, pareilles à des runes finnoises importées .

Chacune, attachée à son suif de cuir, prétend vouloir parler de tout, sans jamais rien vouloir dire…


2422872 Publié le 01/06/2009 à 08:13 supprimer cette contribution
houla c'est du lourd là.. j'aime assez ,beaucoup de talent scotché
2203138 Publié le 01/06/2009 à 11:27 supprimer cette contribution
2508741 Publié le 01/06/2009 à 11:30 supprimer cette contribution
Bel hommage ...
913080 Publié le 01/06/2009 à 19:50 supprimer cette contribution


Sauf quand le Père Loeuk, ce vieil intello roboratif, se prétend décodeur satisfait : ces jours-là , Ruoma pleure.
Je n’ai jamais compris comment il faisait pour reconstituer l’œuf ; mais je me souviens qu'à chaque fois, quelque temps après, elle pleurait.


Bon, vais pas rester là tel un boeuf ; faut fouiller apparemment puisque le frérot l’a voulu.

« Au-delà  de la mort »… naninanère… eeetoutiquantiiii philosophie du Paps comme rappelée par cette louche merdique en étain qu’il faudrait que j’honore, le bois de cette table ordinaire, le vaisselier bancal ou encore la chaise cannée crevée.

Peux pas m’empêcher de souvenir :

Elle pleure sur son œuf Ruoma ? Son collier ?
Belle j’ai déjà dit, mais écrasante de beauté quand elle prie autour de son collier de l’azer psalmodié .
D’où peut bien venir ce son prenant, incroyablement définissant ?

L’œuf est fait des cinq perles réunies de ce collier qu’elle porte et défend comme une chatte en gésine.


…..
1489500 Publié le 02/06/2009 à 13:55 supprimer cette contribution
1246157 Publié le 02/06/2009 à 14:59 supprimer cette contribution
913080 Publié le 02/06/2009 à 17:00 supprimer cette contribution


Tout bêtement dans le tiroir de gauche du vaisselier ; merci frérot, le collier est bien là, par delà la mort le message est passé (d’un ordinaire, tout ça).

Cinq perles et un bout de cuir : je peux tripoter à l’infini, j’arriverai jamais à refaire l’œuf. Pourtant, je me souviens bien de l’air béat du Paps quand il le reconstituait.

Pourquoi sommes-nous rentrés quand mon frère a réussi aussi à rassembler le collier ?
Pourquoi Ruoma a-t-elle suivi ?

Je tripote, je tripote… Je te hais, frérot, par delà ton message incompréhensible… Ça fait plus de trente ans qu’on ne s’est vus, mais je te vomis encore, tout mort que tu sois. À tel point que je sais même plus si je ne t’aimerais pas, plutôt…


Ruoma… chuchotant son azer, fraîchissant certaines de mes nuits, là-bas. Quand le « monsieur Loeuk » ne faisait pas l’œuf.


Il y a vent d’autan, dehors, faut qu’il s’arrête pour la pluie.

Putain ! l’adresse mécanique de mes doigts compense enfin l’imbécillité de mon cerveau : ça y est ; l’œuf est là. Évident.

Je l’avais toujours eu sous les yeux : « ruoma/amour » solution aussi incontestable qu’avérée, et je comprends enfin ses larmes.


Je t’aime, frérot, et les larmes les plus douloureuses sont celles que nous ne pourrons plus jamais pleurer ensemble.






2378518 Publié le 02/06/2009 à 17:21 supprimer cette contribution
1925550 Publié le 02/06/2009 à 17:28 supprimer cette contribution
1971784 Publié le 02/06/2009 à 17:28 supprimer cette contribution
absolument bouleversant
1754438 Publié le 02/06/2009 à 18:27 supprimer cette contribution
1419184 Publié le 02/06/2009 à 18:49 supprimer cette contribution
913080 Publié le 02/06/2009 à 22:31 supprimer cette contribution

Citation:
absolument bouleversant


Ce qui est bouleversant, ce sont vos témoignages de sympathie et vos commentaires.

Merci à tout le monde.




2378518 Publié le 03/06/2009 à 01:48 supprimer cette contribution
la douleur et les contardictions dans cette p.t.de vie n´est indifferente à aucune personne humaine..et dire qu´il faut souffrir pour apprendre et savoir la valeur de la vie¡¡je prefère etre idiote et loin de toute chose qui nous agite et boulverse¡¡¡¡mais......¡¡¡¡¡
courage¡¡¡¡¡¡
908884 Publié le 03/06/2009 à 19:16 supprimer cette contribution
Citation:
mais je te vomis encore, tout mort que tu sois. À tel point que je sais même plus si je ne t’aimerais pas, plutôt…


... des turbulences qui me parlent, sieur Carlow....
KMille t'embrasse fort
913080 Publié le 04/06/2009 à 06:33 supprimer cette contribution

Kmille


2505797 Publié le 04/06/2009 à 06:42 supprimer cette contribution
e t’aime, frérot, et les larmes les plus douloureuses sont celles que nous ne pourrons plus jamais pleurer ensemble.

Carlow
2508741 Publié le 04/06/2009 à 11:33 supprimer cette contribution
687672 Publié le 05/06/2009 à 12:37 supprimer cette contribution
2397798 Publié le 06/06/2009 à 20:41 supprimer cette contribution
Quel déplaisir!

Me revoici cintrant le râble
Ainsi qu’un géronte sycomore.
Et la glèbe de mon fond arable
Ne siéra, me dis-je, qu’aux morts.


£

913080 Publié le 06/06/2009 à 20:56 supprimer cette contribution


What ?
913080 Publié le 06/06/2009 à 20:58 supprimer cette contribution


kissous aussi, comète





913080 Publié le 05/08/2009 à 18:43 supprimer cette contribution
Je remonte pour Thaleia : elle a pas bien lu...
1925550 Publié le 05/08/2009 à 18:56 supprimer cette contribution
Merci Carlow.
1 | Page 2

Forums > Plaisir d'écrire Ecrire une contribution Retour au début de la page


<< Précédent | À mon frère| Suivant >>
Conditions générales Contact