horace,revolution
Santé
Contraception
Grossesse
IVG
Stérilité
M.S.T.
Sida
Bénins
Loisirs
Shopping
Sexualité
Alimentation
Astrologie
Mariage
Articles
Expériences
Conseils
Prénoms
La femme
Voyage
Accueil Poésie Rencontres Forum
Forums > Plaisir d'écrireAller à la dernière page
<< Précédent |

Horace et la révolution

| Suivant >>
Ecrire une réponseAjouter à vos forums favoris
domi - 417343lui écrire blog Publié le 07/05/2012 à 12:30 Demander à la modératrice de supprimer ce forum
Horace et la révolution

Ha mon cousin que n’avez vous été visiter les gueux de la place de la Bastille tout de rouge vêtus, bonnet phrygien en reconnaissance et drapeaux rouge sang en guise de ralliement.
J’en ai même vus, accompagnés de leur fourche, invectivant les bourgeois, que bientôt la carmagnole serait l’internationale pour des lendemains enchanteurs...

Triste recommencement mon cousin de ces vieilles lunes de promesses de vie meilleure sans besoin d’ouvrage.

Le Baron pressé Nicolas premier ne s’inquiéta guère de ces trublions sanguinaires... Continuant sa lourde tâche de devoir gérer l’ingérable.
Tournant le dos aux évidences et rassuré que ses détracteurs n’aient point d’autre salut que de le critiquer jour et nuit pour ne rien proposer que viles promesses sans jamais changer de cap autre que de piller les gentilhommières des Bourgeois.

Las mon cousin, à force de secouer les portes de la déraison, on fini toujours par les voir se briser, laissant le flot des illusions s’épancher telle une marée brutale dégoulinant de certitudes pour un avenir incertain

Le monarque releva tous ces défis, restant fier sur son cheval blanc, parant tous les coups même les plus bas.

Les montagnards s’en donnaient à cœur joie, les exotiques bombaient le torse, demain serait jour de fête, à bas le monarque rédempteur désirant ne plus dépenser les sols que nous n’avons plus depuis longtemps.

Les gazetiers, au bord de la faillite voyaient dans ces rêveries une manne immense de profits faciles et immédiats et titraient chaque jour: Mort au Tyran, halte là, halte là, les montagnards sont là.

Je vis même mon cousin des demoiselles rousses déçue de leur existence de vautrer dans la fange des illusions, arborant fièrement ce petit livre rouge que nos enfants en l’an de grâce 1968 brandissaient dans l’espoir d’une vie merveilleuse tous unis tous pareil et ce bréviaire pour toute religion!
La chienlit pouvait revivre.

Nous avons vu mon cousin ce qu’il en est advenu, peu importe c’est à chaque génération déçue la même pantalonnade, les mêmes quolibets et la même haine rouge.
Demain sera magique, plus besoin de travailler

Qu’il est doux le printemps des cerises mon cousin, lorsqu’elles virent au rouge vif sous le soleil de printemps…

Nul ne sait si bombance il y aura, toujours est il qu’hier soir, je vis notre monarque déçu remercier sa garde et son peuple fidèle en désolation.

Il eut tout de même le courage de féliciter son vainqueur lui souhaitant bonne chance et demandant à ses troupes de ne point verser dans la haine et la désunion comme seuls savent le faire les sages qu’ hélas on écoute rarement…

Puis je le vis descendre de con trône, s’engouffrer dans sa berline aux 6 chevaux, le cocher fouetta l’attelage et il disparut au loin sur cette route poussiéreuse qui même vers l’Italie ensoleillée.

Sa tâche fut rude, les critiques pleuvant chaque jour, quoi qu’il fit rien ne plaisait chez les gueux…
Le nouveau Roi élu par cette cour des miracles et ces benêts rêvant de lendemains faciles va devoir prendre les rennes dès demain , nul ne doute mon cousin que sa tâche sera rude, tant de promesses, tant de compromissions ne peuvent permettre la vue de rêveries s’envolant au firmament de nos illusions.

Il ne reste plus qu’à attendre mon cousin et surtout de voir comment le Marquis de Tulle va s’y prendre pour remplir les caisses du royaume qui, malgré le travail acharné du Monarque, sont vides depuis des lustres et comment il va convaincre les grands argentiers de bien vouloir lui prêter sur gage alors qu’il n’inspire que défiance et peur quant à sa future gestion

Mon cousin, les temps modernes étaient devenus très difficiles mais a présent le temps ne compte plus , il vient juste de suspendre son vol .

Je vous narrerai plus tard comment l’atterrissage se sera passé. Pour l’instant c’est belle espérance et ça grouille dans les Ministères, on y entasse dans les malles pour un avenir incertain.
La république est bonne fille, elle sait se faire Catin s’il le faut . Attendons.

A très bientôt mon cousin pour les nouvelles de demain.
Horace
Paganel, antisémantique - 980920 lui écrire blog Publié le 07/05/2012 à 12:50 supprimer cette contribution
Citation:
Ha mon cousin ... tout de rouge vêtus ... et drapeaux rouge sang ... invectivant les bourgeois ... mon cousin ... vieilles lunes de promesses de vie meilleure ... Le Baron pressé ... trublions sanguinaires ... rien proposer que viles promesses ... piller les gentilhommières des Bourgeois ... Las mon cousin ... secouer les portes de la déraison... laissant le flot des illusions s’épancher telle une marée brutale dégoulinant de certitudes pour un avenir incertain ... Le monarque ... tous ces défis ... fier sur son cheval blanc ... tous les coups même les plus bas ... les exotiques ... monarque rédempteur ... manne immense de profits faciles et immédiats ... mon cousin ... vautrer dans la fange des illusions ... mon cousin ... même pantalonnade ... mon cousin ... virent au rouge vif sous le soleil de printemps ... si bombance il y aura ... s’engouffrer dans sa berline ... route poussiéreuse qui même vers l’Italie ensoleillée ... rien ne plaisait chez les gueux ... cette cour des miracles et ces benêts ... lendemains faciles ... prendre les rennes [Normal, pour le Père Noël] ... rêveries s’envolant au firmament de nos illusions ... mon cousin ... Mon cousin... mon cousin
Eh bien, il y aura au moins une chose qui n'aura pas changé : le style en pur béton d'Alençon d'Horace.
2719517 Publié le 07/05/2012 à 13:19 supprimer cette contribution
domi - 417343lui écrire blog Publié le 07/05/2012 à 14:29 supprimer cette contribution
Voyez moi ces deux vieux machins râleurs Au moins moi, j'les fais rire
Font ben la paire!
2719517 Publié le 08/05/2012 à 10:20 supprimer cette contribution
c'est pas Horace.. c'est Mauras
domi - 417343lui écrire blog Publié le 08/05/2012 à 16:34 supprimer cette contribution
Merci ce vieux bouc était visionnaire de son temps! C'est toujours d'actualité Mais bien sur...Toute VÉRITÉS ne sont pas toujours bonnes à dire
Page 1

Forums > Plaisir d'écrire Ecrire une contribution Retour au début de la page


<< Précédent | Horace et la révolution| Suivant >>
Conditions générales Contact