t,on,besoin,autres,vivre
Santé
Contraception
Grossesse
IVG
Stérilité
M.S.T.
Sida
Bénins
Loisirs
Shopping
Sexualité
Alimentation
Astrologie
Mariage
Articles
Expériences
Conseils
Prénoms
La femme
Voyage
Accueil Poésie Rencontres Forum
Forums > PhilosophieAller à la dernière page
<< Précédent |

A t-on besoin des autres pour vivre

| Suivant >>
Ecrire une réponseAjouter à vos forums favoris
835521 Publié le 29/02/2004 à 08:05 Demander à la modératrice de supprimer ce forum
Quelles sont nos réactions vis à vis des autres. Vivre du regard des autres?
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 29/02/2004 à 08:18 supprimer cette contribution
En vivre? C'est que ça ne fait pas bouillir la marmite en général.
835521 Publié le 29/02/2004 à 08:35 supprimer cette contribution
J’aurai bien une réponse pour vous, mais mon éducation ne me le permets pas.
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 29/02/2004 à 08:44 supprimer cette contribution
Peste! Pour être arrêté par si peu, ce doit être un argument bien faible
747518 Publié le 29/02/2004 à 11:00 supprimer cette contribution
vivre du regard des autres............pour les artistes c'est indispensable

et pour tout le monde en général ....
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 29/02/2004 à 11:06 supprimer cette contribution
Disons que le regard de 95% des autres ne nous est pas de grande importance, et que les 5% qui nous intéresseraient sont hélas généralement en train de regarder ailleurs.
835521 Publié le 29/02/2004 à 14:04 supprimer cette contribution
Paganel, je ne capte toujours pas vos réponses
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 29/02/2004 à 14:05 supprimer cette contribution
Peut-être cela nous donne-t-il une indication
931642 Publié le 29/02/2004 à 15:50 supprimer cette contribution
Du regard d'autrui, mais alors je m'en temponne mais grave, je sais qui je suis, et j'ai pas besoin d'écouter les délires des abrutis qui passent au hazard pour essayer de me cataloguer. Alors là qu'ils se matent d'abord le nombril avant même de poser leur yeux sur moi, leur regard m'indifére, mais a un point innimaginable.
Par contre les gens que j'apprecie que j'estime avoir des qualité, bien je suis pas du tout insensible a leur remarque, celà peut m'empécher de déconner sec. Puis c'est toujours agréable d'avoir leur compagnie et de progresser ensemble ils ont des reflexions qui peuvent me premettre de remettre en cause des idées érronnées, ou toute faite ou des lieux communs.
Tout dépends donc de qui c'est. Puis sans compter les bonnes bouffes et tout les bons moments passé ensemble, et si c'est avec la gente féminine ben il peut y avoir de sacré partie de jambes en l'air . Evidemment faut que ce soit pas un squelette, style anorexique comme on voit qui courent les rues, je les aimes bien envellopé avec une tête bien pleine surtout les gourdes ça vous coupe la libido trop vite fait .
Et oui Domi un gros coquin pour des petites coquines.

835521 Publié le 29/02/2004 à 15:58 supprimer cette contribution
Citation:
Evidemment faut que ce soit pas un squelette,

Faut me donner la recette pour en prendre
Revenons au sujet, je me posais la question, au fond ce que nous même? désirons nous être l’autre? Comme des signes en provenance des autres qui soient susceptibles de nous rassurer.
747518 Publié le 29/02/2004 à 19:06 supprimer cette contribution
OUI OUI ..........j'attache beaucoup d'importance à l'opinion des autres........je les regarde vivre et je fais tout comme eux.

l'été à la mer
l'hiverà la neige
le printemps au jardin
je regarde la télé...surtout starsac
je mange trois fois par jour
et je dors la nuit

comme çà je passe inapercue

et j'aime les encombrements sur le périf
835521 Publié le 29/02/2004 à 19:57 supprimer cette contribution
Comme quoi il ne faut pas perdre ses bonnes habitudes ah l’évolution
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 29/02/2004 à 20:00 supprimer cette contribution
Une phrase non ponctuée est souvent ambiguë, quand ce n'est pas illisible.


"______ dit Paganel est grave". Nous voilà bien avancés!
783841 Publié le 01/03/2004 à 23:26 supprimer cette contribution
Oui, on besoin des autres pour vivre. Déjà on besoin d'une maman et d'un papa pour venir au monde
Les autres c'est le social, c'est sur eux qu'on puise nos ressources pour se construire une personnalité, la forger et au fur-et-à-mesure, utiliser notre personnalité pour aider les autres à vivre.
On a besoin des autres comme les autres ont besoin de nous.
Sans tisser un lien social, sans se confronter aux autres, on se prive d'une forme de nourriture, on cesse d'alimenter notre esprit, on se désocialise.
Le "on", c'est notre corps, c'est notre esprit. Les autres, c'est la représentation de notre corps, de notre esprit.
783841 Publié le 01/03/2004 à 23:44 supprimer cette contribution
J'avais oublié: l'autre est un moteur pour soi. Quand c'est la panne sèche, on va voir les autres
1009493 Publié le 02/03/2004 à 00:18 supprimer cette contribution
j'ai bien peur que cela soit indispensable à notre evolution et quelque soit l'idée que l'on se fait.à moins de vivre en hermite loin de tout. Le regard de l'autre c'est aussi un moyen de communication qui permet de recevoir des informations non verbales et avec un peu d'experience et pas mal de plantages cela devient profitable .Maintenant si tu demandais le regard de l'autre en tant qu'opignon ou avis , c'est aussi toujours interessant à prendre meme quand cela ne flatte pas notre ego . c'est une sorte eco systeme qui peu parfois etre macrophage.
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 02/03/2004 à 00:43 supprimer cette contribution
j'ai bien peur que cela soit indispensable à notre evolution et quelque soit l'idée que l'on se fait.à moins de vivre en hermite loin de tout. Le regard de l'autre c'est aussi un moyen de communication qui permet de recevoir des informations non verbales et avec un peu d'experience et pas mal de plantages cela devient profitable.

Pour le non-verbal, c'est vrai. Après la mort de sa femme, le chanteur Evariste a vécu longtemps seul (inconsolable) et cela le rendait de plus en plus... étrange. Il est redevenu lui-même après une période de deuil et de vie sociale restreinte assez longue, et tout le monde était content pour lui qu'il y mette fin.

Maintenant si tu demandais le regard de l'autre en tant qu'opinion ou avis , c'est aussi toujours interessant à prendre meme quand cela ne flatte pas notre ego . c'est une sorte eco systeme qui peu parfois etre macrophage.

Une fusée a besoin de son aire de lancement, et un bébé de son berceau. Le bébé n'a plus vocation à rester toute sa vie dans son berceau que la fusée sur son aire. Il est un moment où il faut savoir couper les amarres, le cordon ombilical, les béquilles fournies par autrui - et en effet utiles un temps - et vivre pour soi. Partir du cocon représenté par ces "autres" rassurants.

Les nouvelles rencontres nous sont alors utiles dans la mesure exacte où nous le sommes aussi pour elles, parce que du choc des idées naît, sinon la lumière, au moins le perfectionnement des procédés.

Le reste, Cocteau l'a compris: ce qu'on te reproche, cultive-le: c'est toi.
687571 Publié le 02/03/2004 à 01:33 supprimer cette contribution
"le choc des idées"
Pas seulement ! (et heureusement d'ailleurs)
Il peut y avoir la confrontation mais aussi l'alliance d'idée, qui peuvent faire progresser. Et puis surtout, ce n'est pas seulement les idées qui sont en jeu : ce sont aussi les sentiments. Le monde intellectuel seul est froid, et on peut évoluer aussi dans le domaine de l'affectif, qu'il ne faut pas négliger. Et à ce moment-là, il n'y a pas de honte à dire que l'on a besoin des autres. Couper le cordon ? Oui, bien sûr. Mais se couper de l'amour des autres, ce n'est pas une très bonne idée, sauf à vouloir devenir tout désseché comme un vieux trognon.
Je reconnais que l'autonomie et l'indépendance sont des valeurs, des vertus même peut-être. Mais ceci vaut surtout pour ce qui est de survivre, de se débrouiller... Quand on aime vraiment quelqu'un on se sent toujours un peu dépendant, comme on peut l'être d'une drogue. Et tant que ça ne bouffe pas trop l'espace de l'un ou de l'autre, il n'y a rien de mal à ça.
Au contraire, à vouloir à tout prix ne dépendre de personne de quelque façon que ce soit, on passe à côté de beaucoup de choses.

Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 02/03/2004 à 01:49 supprimer cette contribution
Je reconnais que l'autonomie et l'indépendance sont des valeurs, des vertus même peut-être. Mais ceci vaut surtout pour ce qui est de survivre, de se débrouiller... Quand on aime vraiment quelqu'un on se sent toujours un peu dépendant, comme on peut l'être d'une drogue.

Je préfére le mot "vulnérable". Et cette vulnérabilité-là n'est pas un mal, en effet. Mais il faut néanmoins savoir au fond de soi que rien ne dure. Sauf ce qui dure et qui reste très rare pour le commun des mortels.

Et, plus grave, que "ce qui est aujourd'hui une aide sera demain l'entrave". J'ai vu la vie de couple épanouir certaines personnes, mais en éteindre durablement bien plus encore (la vie professionnelle y était peut-être, il est vrai, pour quelque chose aussi).

Au contraire, à vouloir à tout prix ne dépendre de personne de quelque façon que ce soit, on passe à côté de beaucoup de choses.

Nos deux poètes de choc ne nous l'ont pas envoyé dire:


I've built walls,
A fortress steep and mighty,
That none may penetrate,

I have no need of friendship
Friendship causes pain,
It's laughter and its loving I disdain,
I am a rock, I am an island.

Don't talk of love,
Well, I've heard the word before,
Its sleeping in my memory,

I wont disturb the slumber
Of feeling that have died
If I'd never loved, I never would have cried,
I am a rock, I am an island.

I have my books,
And my poetry, to protect me
I am shielded in my armor,

Hiding in my room,
Safe within my womb,
I touch no one and no one touches me,
I am a rock, I am an island....

And a rock feels no pain
And an island never cries...


("I am a rock, I am an island", Simon & Garfunkel)

Très libre transposition due à notre poétesse francophone, pour Alixe :

je n'ai rien à t'offrir que ce que mes yeux voient
tu ne veux pas souffrir mais qui ne souffre pas?
à quoi ça sert de l'éviter
à quoi ça sert de t'en aller?

à rester dans ta tour d'ivoire
en broyant du rose ou du noir
tout seul - tout seul

comme on n'est pas très malheureux
on oublie qu'on n'est pas heureux
tout seul - tout seul

je n'ai que les étoiles et rien d'autre pour toi
si l'on doit se faire mal c'est la vie qui veut ça


Françoise Hardy - "À quoi ça sert"
49914 Publié le 02/03/2004 à 17:01 supprimer cette contribution
Citation:
A t-on besoin des autres pour vivre

=> Oui.
La preuve : on pose rarement des questions a un mur.

Ca vous fera 50 euros...
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 02/03/2004 à 20:37 supprimer cette contribution
J'ai tout de même vu un jour dans un bistrot deux cinglés qui parlaient à une table.
931642 Publié le 03/03/2004 à 05:49 supprimer cette contribution
Tiens Paganel m'aurait tu donc vu ????
Tout depends ce que l'on defini par besoin, et quel est le type de dépendance a ce besoin.
Evidemment l'homme est un animal sociable, il a besoin d'un rapport a autrui pour son dévelloppement et son équilibre. Mais faut pas qu'il de fasse dévorer tout cru par les autres, il ne faut pas qu'ils soit dépendant des autres. Un enfant l'est de par la force des choses mais plus un adulte il doit vivre avec les autres pas des autres.
Faut pas se faire bouffer par une société, ne pas penser que par elle, ne pas dépendre des autres mais pouvoir s'affirmer tel que l'on est sois avec les autre pour les autres.
Notre travail profite à nous même ainsi qu'a autrui, mais faut pas dépendre du jugement d'autrui, je vais faire ceci alors que celà me déplait profondément pour faire plaisir aux autres pour les rassurer. Je reconnais autrui que dans la mesure ou il me reconnaisse. Heureusement que certain ne suivent pas comme des moutons , Papa Maman c'est fini, nous n'avons nul besoin de gens qui pensent et décident a notre place, nous sommes adultes, ce qui me fait peur la dedans c'est quand je vois des gens accepter des lieux communs des idées recue et être incapable de prendre une décision par eux même on fait parceque c'est ainsi et la socièté le veut ainsi, ce fut le communisme, le nazzisme. Très vite on peux se faire bouffer par une socièté, c'est pas les autres qui gagne votre pain c'est vous même, c'est pas les autres qui pleurent quand on est malheureux, et seul des très proches peuvent vous consoler et encore c'est pas toujours le cas, alors un peu d'indépendance je trouve celà très salutaire. Et de ne pas crainndre de s'affirmer je trouve celà exelent. Les autres sont et je fait partie des autres, certes mais je ne suis pas les autres je suis Moi et pas l'Autre.
Je suis une personne qui pense qui souffre, qui a de la joie, je suis ce que je suis, et les autres n'ont pas m'ont vécu, ils ont contribué a me le forger, mais c'est pas eux qui ont fait ce que je suis devenu, c'est moi.
Qui qu'on soit on est, et nul n'a le droit de vous forcer a faire ce qui n'est pas bon pour vous. Notre choix nous appartient la mode si elle meplait je la suit, si j'en ai rien a foutre je fais ce qui me plait et si elle me déplait bien je la lance, si mon gout plit bien plein de personne me suivront sinon bof je me serai fait plaisir.
Je ne suis pas dépendant de ce que l'on veut bien me faire consommer, je ne suis dépendant de rien et nul ne peux imposer mes choix, ils m'appartiennent.


Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 03/03/2004 à 06:17 supprimer cette contribution
Ou c'est peut-être ce que les maîtres du jeu font tout pour nous faire croire.

Je me demande si Philip K. Dick n'avait pas profondément raison en disant (après Marx, certes, mais mieux que lui) que l'un des aspects les plus inquiétants du pouvoir était son association automatique au cours des âges à un comportement inchangé: faire prendre au public des vessies pour des lanternes, et l'illusion pour la réalité. Afin de se consolider en place.

Est-ce une vision exacte? Je ne sais pas. Mais je constate que - comme moi lors de plus d'un scrutin - tu votes blanc. Sans doute les titulaires du pouvoir qui sont en place n'en demandent-ils pas plus
931642 Publié le 03/03/2004 à 16:55 supprimer cette contribution
Que veux tu je ne peux pas cautionner un escroc, et en votant pour lui je le cautionne immanquablement.
Puis si nous sommes de millions a voter blanc, bien c'est bien ennuyeux pour eux, celà les remets vraiment en cause et son bien obliger de reconnaître que l'on veux pas d'eux.
Mais evidemment avec des mais et des si on peux mettre Paris, Berlin, Londres Rome dans une bouteille, ou un dés a coudre.

Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 03/03/2004 à 17:59 supprimer cette contribution
C'est clair. Je crois que les choses auraient été encore plus claires, désolé du paradoxe, si notre constitution avait institué le "vote noir".

Car pour le coup, deux candidats tous deux investis d'un nombre de voix négatif, et pour le coup interdits de présentation au scrutin de remplacement, voilà qui aurait bien changé les choses. Et tout de suite.

Je crois qu'à terme nous n'avons pas le choix: ou bien on instaure le vote noir, ou bien nous allons nous diriger de combats de rue en combats de rue. Snif, snif... sentez-vous cette bonne odeur de 1848 ?
931642 Publié le 03/03/2004 à 18:53 supprimer cette contribution
A bon tu sens 1848 toi Paganel, moi c'est plutot 1789
non mais plutot des relent enfin c'est 2006 qui sniffe très fort,mais celà ressemble a un truc entre 1789, 1926 et je sais pas trop quoi, mais ça sent vraiment pas bon.

1009493 Publié le 03/03/2004 à 21:27 supprimer cette contribution
Je suis d'accord avec toi Prométhée ya quelque chose qui sent as bon en ce moment c'est juste une intuition que quelques personnes pas seulement moi ressentent ,je dirais meme pour 2005
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 04/03/2004 à 03:53 supprimer cette contribution
La raison pour laquelle je pense à 1848 est qu'on y trouvait "de part et d'autre de jeunes gens qui avaient tout pour s'entendre, et qu'on avait montés les uns contre les autres".

Ce qui s'est passé en 1789 ne m'aurait guère choqué sous Louis XIV ou Louis XV. Sous Louis XVI, précisément ce roi-là, c'est tout de même un peu dur à avaler.
747518 Publié le 04/03/2004 à 11:24 supprimer cette contribution
Attention....... quand un philosophe
rencontre un philosophe
qu'est-ce qui se raconte
des histoires .....bizarres

Mais avec leurs mots savants je me demande parfois s'il n'y a pas un peu de

.............................................................................................
ce message devait être dans le "truc"de réincarnation
747518 Publié le 04/03/2004 à 12:43 supprimer cette contribution
la révolution.........je la sens venir

mais apres .......on veut de l'ordre et qui va les donner les ordres
931642 Publié le 04/03/2004 à 13:16 supprimer cette contribution
Tu sais loup il se peut que cette année, vers la fin du printemps, nous ayons quelques période un peu mouvementé, oui aussi une rentrée pas des plus roses, après es vaccances, mais dans le fond tout rentrera dans l'ordre, c'est pas assez mur, mais par la suite, bien je crois qu'il vas falloir s'accrocher. Quand la grande conscience populaire vas se réveiller, vers 2006 , en 2005 bien là on va encore espèrer au boulot a ce qu'il se fasse, puis on va avoir encore plus de sécurité, ou devenir encore plus fliqué. Mais 2006 va remuer dans les brancarts ce sera trop, et là ça va vraiment réaliser qu'on nous prends pour des tarés. Attends la fin des gros scandales de 2005 quad ça va eclaté. Mais je ne fais que de la prospective, j'ai pas encore regardé dans le marc de café, ça sert a rien.
Page 1 | 2

Forums > Philosophie Ecrire une contribution Retour au début de la page


<< Précédent | A t-on besoin des autres pour vivre| Suivant >>
Conditions générales Contact